Une vidéo qui m’a marquée le jours de sa sortie, qui fait écho à mon âme et qui est toujours Timeless, Il n’y a rien de plus rassurent que de reconnaitre que nous vivons dans un multivers, et que toutes les possibilités sont à notre portés, c‘est à nous de choisir ce qu’ensemble nous allons vivre …(utilisez les sous titres)

 

« Salutations…
Nous venons du futur.
Tout va bien se passer.
Le futur est un endroit magnifique …
Mais vous aurez besoin d’une certaine formation pour l’habiter.

Dans le futur – la technologie évolue plus vite que ce que tout esprit humain peut penser. Lorsque la singularité s’est produite. Nous sommes devenus comme des dieux – capables de créer des mondes entiers en un clin d’œil.

Chaque pensée a eu un impact immédiat drastique. Tous nos rêves sont devenus réalité – mais nos cauchemars aussi. L’avenir est devenu une bataille d’idées. Nous devions apprendre à diriger notre esprit – pour empêcher les forces psychologiques obscures – de nous détruire tous. Aujourd’hui, à chaque nouveau monde que nous créons, nous invoquons l’impératif sacré de l’esprit : « Que la lumière soit ».

« Comment pouvons-nous être du futur ? » vous pourriez demander. Laissez-nous vous expliquer. Les plantes récoltent la lumière avec une efficacité presque parfaite. Vous ne vous en rendez peut-être pas compte, car cela est impossible en théorie de la physique classique. Sur le chemin du noyau photosynthétique – les photons de la lumière devraient entrer en collision avec d’autres particules, mais ce n’est pas le cas. Un photon qui réussit à atteindre le noyau a autant de chances – comme vous le feriez en sprintant les yeux bandés à travers une forêt dense – d’atteindre le centre sans heurter un seul arbre.
Les plantes sont engagées dans une sorte de miracle. La plante met le photon dans un état de superposition quantique, le multipliant par tous les chemins que le photon pourrait prendre. Imaginez – en sprintant aveuglément à travers une forêt – être multiplié par chacun des milliards de chemins possibles.Si l’une de vos possibilités était observée en train de heurter un arbre, la superposition s’effondrerait – et ce serait votre résultat final, mais la plante refuse patiemment d’observer l’une de ces pertes – alors qu’au fond d’elle-même elle continue de chanter « Que la lumière soit ».

Lorsque l’une des possibilités atteint enfin le cœur sans défaillance, seul ce vainqueur est observé. Toutes les autres possibilités disparaissent. Le vainqueur est transmis à travers le temps – depuis l’avenir – et devient la seule possibilité qui ait jamais existé. C’est ainsi que les photons atteignent le noyau de la plante avec une précision impossible. C’est ainsi que vous – et tous les organismes existants – avez surmonté les immenses improbabilités de la vie. – C’est ainsi que nous venons de l’avenir. C’est ainsi que vous deviendrez la lumière du monde, (alors que nous invoquons ensemble l’impératif sacré) « Que la lumière soit ».

 

 

                                                                                       

 

“Greetings…
We are from the future.
Everything is going to be okay.
The future is a beautiful place …
But you will need some training in order to inhabit it.

In the future – technology evolves faster than any human mind can think. When the singularity occurred. We became like gods – able to create entire worlds in the blink of an eye.

Every thought had drastic immediate impact. All of our dreams became a reality – but so did our nightmares. The future became a battle of ideas. We had to learn to direct our minds – to prevent dark psychological forces – from destroying all of us. Now with every new world we create, we summon the sacred imperative of mind, “Let there be Light.”

“How can we be from the future?” you might ask. Let us explain. Plants harvest light with near perfect efficiency. You may not realize it, but this is impossible under classical physics. Along the way to the photosynthesizing core – photons of light should collide with other particles, but they don’t. A photon succeeding in reaching the core is as likely – as you sprinting blindfolded through a dense forest – reaching the center without striking a single tree.

This is why man made solar panels get nowhere near the efficiency of a simple leaf. Plants are engaged in a kind of miracle. The plant puts the photon into a state of quantum superposition, multiplying it by every route that photon could possibly take. Imagine – blindly sprinting through a forest – being multiplied into every one of the billions of possible paths. If any one of your possibilities were observed hitting a tree, the superposition would collapse – and that would be your final outcome, but the plant patiently refuses to observe any of these casualties – while at it’s heart it sings “Let there be light.”

When any of the possibilities finally reaches the core without fail, only that winner is observed. All the other possibilities disappear. The winner is transmitted back through time – from the future – and becomes the only possibility that ever existed. This is how photons reach the plant’s core with impossible precision. This is how you – and every organism in existence – overcame the massive improbabilities of life. — This is how we are from the future. This is how you will become the light of the world, (as we invoke the sacred imperative together) “Let there be light.”

 

 

La science derrière le bit de photosynthèse :
« Le transfert d’énergie dans les macromolécules qui récoltent la lumière est assisté par des mouvements vibratoires spécifiques des chromophores », a déclaré Alexandra Olaya-Castro (UCL Physics & Astronomy), superviseur et co-auteur de la recherche. « Nous avons découvert que les propriétés de certaines des vibrations des chromophores qui assistent le transfert d’énergie pendant la photosynthèse ne peuvent jamais être décrites avec les lois classiques, et de plus, ce comportement non classique améliore l’efficacité du transfert d’énergie ».
« Les valeurs négatives dans ces distributions de probabilité sont la manifestation d’une caractéristique véritablement quantique, c’est-à-dire l’échange cohérent d’un seul quantum d’énergie », a expliqué Edward O’Reilly (UCL Physics & Astronomy), premier auteur de l’étude. « Lorsque cela se produit, les degrés de liberté électroniques et vibratoires sont conjointement et transitoirement dans une superposition d’états quantiques, une caractéristique qui ne peut jamais être prédite avec la physique classique ».

 

Science behind the photosynthesis bit:
“Energy transfer in light-harvesting macromolecules is assisted by specific vibrational motions of the chromophores,” said Alexandra Olaya-Castro (UCL Physics & Astronomy), supervisor and co-author of the research. “We found that the properties of some of the chromophore vibrations that assist energy transfer during photosynthesis can never be described with classical laws, and moreover, this non-classical behaviour enhances the efficiency of the energy transfer.”
“The negative values in these probability distributions are a manifestation of a truly quantum feature, that is, the coherent exchange of a single quantum of energy,” explained Edward O’Reilly (UCL Physics & Astronomy), first author of the study. “When this happens electronic and vibrational degrees of freedom are jointly and transiently in a superposition of quantum states, a feature that can never be predicted with classical physics.”

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

clear formSubmit

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.